samedi 27 juillet 2013

Prozac versus tomate, à quand l'essai?

On savait déjà que la tomate offrait de nombreux bénéfices pour la santé : anti-cholestérol, anti-inflammatoire, anti-AVC (accident vasculaire cérébral)  mais des scientifiques asiatiques révèlent une nouvelle vertu.

La tomate est capable de lutter contre la dépression selon des chercheurs japonais et chinois. Grâce au lycopène, l'anti antioxydant naturel qui lui donne la couleur rouge. 

Les chercheurs ont mené une longue enquête sur les habitudes alimentaires d'un millier de personnes âgées au Japon. Ils ont conclu que la consommation de tomates 2 à 6 fois par semaine permet de réduire de 46% les  symptômes de la dépression. La consommation d'aucun autre légume n'arrive au même score.

L'étude sera publiée dans le numéro de janvier 2013 du "Journal of Affective Disorders".

3 commentaires:

  1. Pour cela que mes "proches "sont de bonne humeur! Vu les kilos de Tomates achetées et mangées! Comme quoi, le proverbe "vous êtes ce que vous mangez" a un sens, mais bon cela ne plaira point à deux grandes branches industrielles.

    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  2. Article à modérer. En effet, les feuilles et les tiges des tomates sont toxique :


    http://garderie1.blogspot.fr/2011/06/blog-post.html

    Tout comme le "vert" des pommes de terre :

    http://www.femmezine.fr/bien-etre/sante/pomme-de-terre-aliment-toxique-di.html

    Tout cela est dû à la Solanine :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Solanine

    Comme quoi, pour un patient Mélencolique, au bord du suicide, sien ne vaut un bon EFFEXOR avec un bon viux DEPAKOTE de derrirère les fagots, sans oublier, pour les angoisses carabinées, faisant souffir horriblement ce patient, du XANAX 0,50 à dose de cheval, le tout saupoudré d'un zeste de TERCIAN (le patient étant hospitalisé en milieu Psy, en milieu "asilaire").

    Docteur Vincent, je vous voit bondir, mais, maintenant, ce patient va mieux, il est sorti de l'"asile" et ne prend plus qu' EFFEXOR et DEPAKOTE. Bientôt, il ne prendra plus que le DEPAKOTE, car ce patient est atteint d'un Trouble Bipolaire.

    En l'occurence, je ne pense pas que du jus de tomate, même avec du sel de cèleri et du tabasco eu suffi.

    RépondreSupprimer
  3. Encore une fois, si on avait prescrit des antidépresseurs et neuroleptiques uniquement dans des cas graves pour lesquels on se demande vraiment quoi faire, je ne serais pas en train d'écrire ce blog, même si je suis convaincue qu'on n'a pas encore découvert le traitement idéal et sans effet secondaire pour ce genre de patient.

    RépondreSupprimer