jeudi 30 octobre 2014

une proposition hallucinante

 François Hollande réunit jeudi à l'Élysée un "conseil de simplification", premier bilan d'étape du grand chantier de la simplification administrative lancée en avril. Parmi les propositions sur la table, une simplification de la visite médicale obligatoire tous les deux ans pour chaque salarié. Aujourd'hui, cette consultation est effectuée par un médecin du travail. Mais pour désengorger les services de médecine du travail, en sous-effectif, la visite obligatoire pourrait être effectuée par le médecin traitant du salarié. (... à lire...)
http://www.europe1.fr/societe/et-si-votre-medecin-traitant-faisait-la-visite-medicale-obligatoire-2274851

On est en train de détricoter la trame de la société. Si ça leur fait plaisir...

Pourquoi je suis contre?
- Je ( médecin généraliste)  ne connais pas les spécificités de chaque travail, il faudrait une formation spécialisée, on a eu plusieurs cours sur la médecine du travail et un peu appréhendé ses complexités.
- Je ne connais pas les entreprises, les conditions qu'on propose à mes travailleurs,
- je ne connais pas la législation du travail,
- Je ne me vois pas faire des contre-indications au travail ou à certains postes à mes patients, on ne peut pas être juge et partie.  
- Je n'hésite pas à m'appuyer sur le médecin du travail pour retablir certaines injustices (comme la patiente travaillant en maison de retraite qui avait la gale: le médecin de celle-ci ne voulait pas la voir avant 15 jours, et ma patiente financièrement ne pouvait pas se permettre d'arrêter aussi longtemps: le médecin du travail a réduit l'arrêt à 5 jours). 

Alors que les généralistes résistent en masse car ce n'est pas notre boulot, chacun le sien!

mardi 28 octobre 2014

Ma première expertise

Ma première expertise!

C'est vrai que c'est impressionnant, même si cette expertise n'était " qu'amiable contradictoire", c'est à dire le médecin d'assurance, les parents, le gamin victime d'un accident de voiture et moi. 
Tout un cérémonial que je connaissais en théorie sur le bout des doigts, mais en pratique ça change vraiment: le type ne quitte pas son dictaphone, exige que cela soit le marmot qui s'exprime et non les parents, manipule le genou comme si c'était un "contrôle qualité", tout est dicté avec une grande rapidité tambour battant et les malheureux parents n'ont rien compris; je les ai rassuré: 
" Il a exactement appliqué la procédure, ne vous inquiétez pas".   
Mon rôle étant de rajouter mon grain de sel, c'est exactement ce que j'ai fait pour améliorer l'indemnisation et les réserves quand à l'avenir  ( un gamin ça grandit et des  traumatismes peuvent avoir un effet sur la croissance). 

Et mes premières honoraires se sont matérialisés sous la forme d'un délicieux expresso dans la brasserie voisine.  Miam!
Ce n'est que du bonheur  et ce nouvel outil dans ma formation m'enchante!



lundi 27 octobre 2014

Je suis un très mauvais élément

Certificat médical accident du travail maladie professionnelleS6909bO200



Attention, le professionnel de santé
591036681 (Vincent)
a commandé certains imprimés au delà des seuils moyens relevés au niveau national.
ImpriméCumul annuelSeuilDernière commande
S6909b - Certificat médical accident du travail maladie professionnelle800200Le 24/10/2014, 200 imprimés.
Nous vous invitons à prendre contact avec le professionnel de santé concerné afin de vérifier le bien fondé de sa commande.

Voilà le courrier que j'ai eu de la Sécu!!! Je suis un paria, un dangereux gaspilleur de fonds public!!!

Explication: en début septembre je réclame des imprimés d'arrêt de travail. Le 20 septembre je voyant rien venir, je téléphone pour savoir ce qu'il en est et j'en profite pour demander des feuilles non pré-imprimées en urgence. 
Le 28 septembre toujours rien, alors je refais une autre demande d'imprimés, et j'en profite pour redemander un petit stock d'urgence. 
Et tout est arrivé ensemble pratiquement en début octobre. 

Ah, on a envie de continuer à être dépendant de la Sécu!

dimanche 26 octobre 2014

Education des patients

Une patiente inconnue:
" Docteur, j'ai mal au dos depuis quelques jours, je ne me suis pas cognée, je n'ai pas fait de faux mouvement, je n'ai pas porté je ne comprends pas. J'ai déjà eu des lombalgies il y a quelques années". 
Je l'examine: petite fièvre à 37.6°, douleurs dans une fosse lombaire, un petit ganglion:
" madame, je pense que vous démarrez une pyélonéphrite, une infection des reins.
- Je n'y crois  pas,  c'est une douleur lombaire. 
- OK. Vous allez quand même faire une ECBU  "pipi dans le petit pot", et je vous donne un antibiotique en attendant de voir quel microbe est en cause et s'il est sensible à l'antibiotique". 

Munie de tous ces bon conseils elle repart, me téléphone deux jours après. 
" Voilà, j'ai un microbe, un Escherichia Coli. Je fais quoi? 
- Vous en êtes à combien de jours d'antibiotique?
- ... Je n'ai pas démarré, je n'y croyais pas. 
- Ne vous a-t-on donc jamais dit que j'étais une sorcière?"

J'ai démarré au quart de tour, un peu ( beaucoup) vexée que la patiente remette en doute mon Enorme Talent diagnostic. Mais pourquoi m'a-t-elle consultée alors, pour prescrire quelques médocs genre "un Mars et ça repart!".  Ca ne se passe pas toujours comme ça, les antalgiques sont des cache-misère qui occultent le vrai problème quand on n'a pas mis le doigt dessus. 
Dans l'éducation des populations que je rêve être pratiquée en lycée, je rêverais que l'on insiste sur cet aspect.   Les gens iraient mieux.

Pourquoi n'écrirais-je pas un manuel sur l'éducation à la santé? Et pas un mot sur les mammographies, les "caca sur le papier",  les vaccinations,  diverses et variées  dont on nous rabat les oreilles. 

vendredi 24 octobre 2014

Médecin de recours

Depuis un an je n'étais plus très active sur ce blog, la raison: un DU de réparation juridique du préjudice corporel QUE J'AI REUSSI!!! 

Youpi, la vie est belle, je vais pouvoir aider les patients, non en leur prescrivant des pilules diverses et variées, mais juridiquement, afin de faire reconnaître leur statut de victime et de leur faire récupérer quelques indemnités. 


Ca s'appelle médecin de recours et c'est toujours utile quand on a eu un accident de voiture ou autre et que l'on sait que cela sera très mal indemnisé. 

mercredi 22 octobre 2014

Contre l’usage de stupéfiants sur les routes. Expérimentation d’un nouveau dépistage en décembre


21 octobre 2014
Dès décembre, début de l’expérimentation dans 10 départements du deuxième test salivaire pour confirmer l’usage de stupéfiants au volant.
Le plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017 a prévu, pour améliorer le dépistage de l’usage de stupéfiants parmi les usagers de la route, l’expérimentation d’une nouvelle technique de prélèvement salivaire par les forces de l’ordre sur le bord des routes.
Actuellement, la recherche de stupéfiants chez les conducteurs relève d’un protocole long et coûteux :
  • d’abord un dépistage salivaire réalisé par les forces de l’ordre ;
  • en cas de dépistage positif, présentation du conducteur devant un médecin qui effectue un prélèvement sanguin destiné à confirmer le résultat du test ;
  • enfin, le prélèvement sanguin est envoyé en laboratoire aux fins de recherches et de résultats.
Une expérimentation sur six mois visant à remplacer l’actuel prélèvement sanguin par un second prélèvement salivaire de contrôle, effectué immédiatement par les forces de l’ordre, débutera le 1er décembre 2014.
Dix départements ont été retenus pour expérimenter ce deuxième test salivaire : les Alpes Maritimes (06), la Dordogne (24), la Gironde (33), l’Ille-et-Vilaine (35), la Loire-Atlantique (44), la Moselle (57), le Nord (59), la Haute-Savoie (74), les Yvelines (78) et Paris (75).
L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) et l'Institut national de police scientifique (INPS) seront chargés d’analyser les prélèvements qui seront fournis par les forces de l'ordre. Les résultats obtenus permettront d’établir la fiabilité du nouveau protocole, avant sa généralisation.

http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias-outils/espace-presse/publications-presse/contre-l-usage-de-stupefiants-sur-les-routes.-experimentation-d-un-nouveau-depistage-en-decembre


samedi 18 octobre 2014

Patients réparés, patients heureux.

Je n'ai pas fait le tour de la médecine générale, j'en suis extrêmement loin, il faudrait toute une vie et même plus pour devenir vraiment  bon. 

Mais le versant réparation m'interpelle: ce matin en arrivant au cabinet j'étais en train de me demander: " Ou trouver  un patient pour l'aider à  faire valoir ses droits? J'en veux un". 

Demande exaucée: un malheureux patient dans la voiture (presque à l'arrêt)  de son patron a été sérieusement amoché par un suicidaire au volant qui a estimé qu'une camionnette pourrait l'aider à accomplir ses envies.  En d'autre terme, la faute de l'autre est pleine et entière. 
Il faudra attendre qu'il se rétablisse au mieux, puis l'aider à monter son dossier pour partir en justice. 
Comme le candidat au suicide s'est réussi, c'est son assurance qui prendra tout en charge. 

Ca n'a plus rien à voir avec la médecine générale, mais c'est un monde passionnant qui s'ouvre! Et c'est aussi soigner les patients car une victime reconnue et indemnisée effectiement se sent enfin prête à tourner la page et à se tourner vers son futur.